Pourquoi dépose-t-on la botte de Saint-Nicolas devant la porte ?
Nikolaus

C’est bientôt le grand jour : les enfants déposent leurs bottes la veille au soir de la Saint-Nicolas dans l’espoir de les retrouver le lendemain pleines de friandises.

Mais d’où vient cette tradition ? Et pourquoi certains enfants suspendent-ils des chaussettes au lieu de mettre des bottes devant la porte ?

La Saint-Nicolas est célébrée le 6 décembre. Il s’agit de l’anniversaire de la mort du Saint Nicolas, évêque de Myre, l’un des saints les plus célèbres de l’église catholique. Actif durant la première moitié du quatrième siècle, on raconte qu’il a accompli de nombreux actes de bienveillance, si ce n’est des miracles.

La légende, qui a donné naissance à la coutume de la botte de Saint-Nicolas telle que nous la connaissons aujourd’hui, est celle de la dot donnée par Saint Nicolas. La légende raconte que Saint Nicolas vint en aide à une famille pauvre alors qu’il n’était pas encore évêque mais relativement fortuné.

Un homme n’avait pas suffisamment d’argent pour constituer une dot afin de marier ses trois filles. La seule solution qu’il lui resta était de les vendre comme servantes. Saint Nicolas, qui habitait dans le voisinage, eut connaissance de cette situation. Durant les trois nuits qui suivirent, il jeta des bourses remplies d’or à travers la fenêtre des filles pour qu’elles puissent se marier. La dernière nuit, le père des filles l’observa puis le remercia et lui promit de garder ce secret à tout jamais. Peu avant de mourir, le père dévoila le mystère des dots. À ce moment-là, Saint Nicolas était devenu évêque de Myre et avait accompli d’autres bienfaits et miracles.

C’est cette histoire du Saint Nicolas qui a finalement donné lieu à la coutume du remplissage des bottes. En Allemagne, les enfants placent leurs bottes devant la porte la veille au soir de la Saint-Nicolas. Dans certaines familles très strictes, seules les bottes bien nettoyées sont remplies par Saint-Nicolas. Dans d’autres, les cadeaux et friandises sont aussi déposés dans des pantoufles ou autres. On dit aussi qu’un morceau de charbon a parfois été retrouvé dans les souliers qui n’étaient pas bien nettoyés.

Dans les pays anglo-saxons, une autre version de la légende du Saint Nicolas s’est répandue, selon laquelle il aurait donné la dot en la jetant dans la cheminée de la pauvre famille où les jeunes filles avaient étGroß_Duftlendu leurs chaussettes pour les faire sécher. Voilà pourquoi en Angleterre, on accroche des chaussettes au bord de la cheminée au lieu de mettre des bottes devant la porte.

Mais il existe aussi le Saint Nicolas qui vient voir les enfants la journée. Généralement accompagné d’un assistant, il apparaît souvent dans les maternelles ou les écoles primaires. Selon la région, il peut s’agir du Père Fouettard, de Krampus ou bien d’un ange. Les enfants sont contents de la venue de Saint Nicolas, mais ils ont aussi peur de lui, car Saint-Nicolas pose à chaque enfant cette question bien connue de tous : « As-tu été sage cette année ? ». Cette question est née d’une coutume qui remonte au Moyen-âge : dans certaines écoles monastiques, les enfants désignaient à la Saint-Nicolas un enfant-évêque qui pouvait réprimander les adultes. Aujourd’hui, ce sont toutefois les enfants qui sont à nouveau interrogés au sujet de leur comportement.

Il arrive parfois que Saint Nicolas ne se fie pas à la réponse de l’enfant à cette question et se renseigne dans son livre d’or. Autrefois, les enfants qui n’avaient pas été sages risquaient de recevoir des coups de martinet par le Père Fouettard, mais Saint-Nicolas s’est toujours montré doux en récitant un poème ou en félicitant les enfants pour d’autres actes meilleurs.

Les enfants sages et les enfants punis sont ensuite gâtés de noix, fruits et autres friandises qui se trouvent dans le sac de Saint Nicolas.

Bien que le contact personnel avec Saint Nicolas inspire davantage de respect que la simple dépose de bottes devant la porte dans l’espoir d’y trouver des friandises, une chose est sûre : tous les enfants se réjouissent à l’idée de la Saint-Nicolas qui les aide à patienter jusqu’à la grande distribution des cadeaux à la fin de la période de l’Avent.